Après 3 années de construction et de structuration, la Communauté d’Agglomération du Cotentin a trouvé son rythme, le temps de la stabilité est arrivé. Pendant cette période un peu compliquée pour les élus et pour les agents, l’exploitation des différents services publics a demandé de gros efforts de réorganisation et d’adaptation. Si nous avons poursuivi les fonctionnements habituels, nous avons cependant fait bouger quelques lignes, et des réflexions de fonds ont été impulsées.

 

En ce qui concerne l’environnement et le développement durable, 2019 aura été l’année du l’amorce de grandes mutations. Ainsi, nous avons mis en place un groupe de travail bocager avec entre autres la Chambre d’Agriculture, les associations de boisement, les syndicats d’agriculteurs et l’Agence de l’Eau. Nous avons également décidé d’impulser une démarche de Projet Alimentaire Territorial afin de promouvoir les produits locaux. Le Défi Familles à Energie Positive, les audits énergétiques, les travaux sur l’Agenda 21 et le Plan Climat Air Energie Territorial ont été poursuivis, parfois avec quelque retard. La collecte des macro déchets des plages, que nous avions initiée sur la Côte des Isles il y a maintenant une quinzaine d’années, est désormais élargie à l’ensemble des communes du littoral du Cotentin.

 

La gestion des déchets est aussi en pleine mouvance. La prévention est une priorité, le déchet le moins couteux est celui qu’on ne produit pas. Nous avons mis sur les rails notre premier plan local de prévention en partenariat avec les associations locales et nationales, les chambres consulaires, et les services de l’Etat. Avec la Région, nous participons aux « Léopards du tri », nos deux volontaires en Service Civique sont à pied d’œuvre depuis septembre pour faciliter le compostage collectif en pied d’immeuble. Au printemps, l’opération « foyers témoins » a été une vraie réussite, cette opération a permis de mesurer jusqu’à 50% de diminution du poids de la poubelle. C’est bien la preuve qui si tout le monde faisait sa part d’effort tout irait mieux.

 

Le renouvellement des marchés de prestation a vu l’ensemble des prix augmenter en moyenne de 5%. De plus, certaines filières de traitement sont en crise : plastic, bois, carton, papier… les prix de vente de ces matériaux ne cesse de baisser. Par souci d’équilibre budgétaire, le conseil communautaire a décidé de réévaluer la redevance de 2,2% à compter du 1er juillet 2019. Pour information, notre redevance n’avait pas changé depuis 15 ans. La seule papèterie de l’ouest va fermer fin juin 2020. Comme cette usine est alimentée en énergie par une chaudière industrielle au bois de classe B (bois traité, panneaux de particules…), nous sommes dès à présent confrontés à un problème d’écoulement de notre bois de déchetterie.

 

Dans ce contexte où la concurrence des industriels est souvent défaillante sur le Cotentin, il nous est nécessaire de maîtriser les outils de traitement et les équipements de tri. C’est ainsi qu’est née fin décembre la Société Publique Locale Normantri. Cette SPL regroupant 14 collectivités de la Normandie Occidentale construira le plus grand centre de tri public de France. Dès 2023, il nous permettra dans un premier temps de trier tous les emballages habituels y compris les films de suremballage, les pots (yaourt, crème…) et les barquettes (viande, fruits…) comme partout en France.

 

Parallèlement, une étude sur l’évolution du centre de tri du Becquet est en cours. Nos réflexions se portent sur la création d’un atelier de fabrication de combustible solide de récupération (CSR). Ce CSR serait constitué à partir des refus de tri de la SPL, de notre bois B et de nos encombrants de déchetterie. Ces matériaux seraient broyés, déferraillés, et compactés. Les granulés ainsi produits pourraient être utilisés pour alimenter une chaudière industrielle dans le Cotentin.

 

L’année 2019 s’est conclue par la signature du Contrat de Transition Ecologique avec l’Etat. Ce CTE reprend entre autres toutes les actions précitées dans un répertoires de fiches actions qui prouvent que la transition écologique est synonyme de développement économique et qu’elle est créatrice d’emplois locaux. Souhaitons que 2020 voit se concrétiser tous ces projets. Meilleurs vœux à tous.

 

 

 

Edouard MABIRE

VP de laCAC

 

La deuxième année d’activité de la Communauté d’Agglomération du Cotentin se termine, et déjà certains nous demandent « qu’avez-vous fait en deux ans ? » Du côté des élus, les uns s’impatientent et les autres disent que ça va trop vite ! Pas facile de satisfaire tout le monde aussitôt, surtout qu’il ne faut pas perdre de vue que cette nouvelle entité était loin de faire l’unanimité dans nos campagnes. Alors, dans ce contexte parfois hostile, la Communauté d’Agglomération a poursuivi sa construction politique et administrative en respectant les délais nécessaires au débat et à la pédagogie.

 

Je rappelle qu’à sa création, la Communauté d’Agglomération a repris la totalité des compétences et des équipements exploités par les 9 ex-communautés de communes, tandis que les 2 communes nouvelles de Cherbourg en Cotentin et de la Hague n’ont transmis que ce qui était obligatoire. Ainsi, pendant ces deux années, certaines compétences étaient exercées par la Communauté ou par les communes suivant les territoires. Cette situation transitoire ne pouvait pas durer plus de deux ans. Il nous a donc fallu définir cette année notre vision de l’intérêt communautaire, et déterminer quelles compétences et quels équipements seraient conservés, et quels sont ceux qui seraient restitués aux communes. Là aussi, le temps du débat et de la pédagogie ne pouvait être bâclé.

 

Sur le territoire de la Cote des Isles, le Cotentin conserve notamment le golf de Saint Jean et le Moulin de Fierville. Cependant, quelques compétences phares de notre ex-communauté de communes nous sont restituées. C’est le cas de la petite enfance avec le RAM et de la jeunesse avec les garderies périscolaires et les centres aérés. Le cas spécifique des bases nautiques a généré quelques échanges parfois vifs, souvent dus à des mauvaises interprétations et à un manque de vision communautaire de certains collègues au sujet d’équipements pourtant construits à l’époque grâce à la communauté de communes. Allez comprendre !

 

Mais quand on sait être patient, le bon sens normand fini toujours par l’emporter. Alors, comme nous avions l’habitude depuis prés de 25 ans de travailler avec les communes voisines, nous poursuivrons cette gestion collective sous la forme d’un « service commun ». Sans rentrer dans les détails, il s’agit d’un partenariat entre la Communauté d’Agglomération, qui reste employeur des agents et propriétaire des biens, et les communes qui se réunissent pour gérer localement ces services. C’est bien la proximité qui gouverne au sein d’une commission de territoire de service commun composée essentiellement des maires.

 

En ce qui concerne ma délégation, la Communauté d’Agglomération conserve la collecte des déchets du littoral, celle-ci est même étendue à l’ensemble du littoral du Cotentin, il en est de même pour l’adhésion au SyMEL. Ces sujets ont également fait débat car seuls quatre territoires étaient concernés précédemment. Mais avec nos 220 kilomètres de côte et plus de 50% des espaces naturels classés du Département, il ne pouvait pas en être autrement. De même pour la gestion des déchets ménagers, chacun des onze territoires a ses habitudes propres, et tous sont persuadés d’avoir le meilleur système. Le travail d’harmonisation est nécessaire, il prendra du temps et il faudra, là aussi, faire usage de beaucoup de pédagogie avec toujours comme maitres mots : optimisation et bon sens.

 

L’ambition de 2017/2018 était de faire fonctionner ce service sans bouleversement, de roder la nouvelle organisation, de s’adapter à la réglementation et de commencer l’harmonisation de certains services sur l’ensemble du Cotentin. Pour l’heure, en deux ans, nous avons réussi à harmoniser les consignes du tri sélectif et le soutien à l’association Cœur et cancer pour la collecte du verre. Les collectes de l’amiante et des pneus sont désormais accessibles à tous les territoires. Plus récemment, la distribution de composteurs individuels et le broyage de branches à domicile sont maintenant ouverts à tous les habitants du Cotentin. Preuve que l’effet groupement est payant : toutes ces avancées ont été menées à budget constant.

 

A ceux qui se demandent ce que deviennent les déchets collectés sur le Cotentin, je vous propose le graphique, ci-dessous. Il permet de visualiser les quantités produites et les différentes destinations des déchets. Le temps des décharges est bel et bien de l’histoire ancienne !

 

 

 

Si le chemin parcouru depuis quelques années est remarquable, de nombreuses marges de progrès sont encore à notre portée. La prévention sera donc l’axe principal du service dans les années qui viennent, c’est aussi une question de raison et de bon sens. Pour cela, nous allons coopérer avec la Région pour la mise en place de volontaires en Services Civiques qui auront pour mission principale de faciliter le compostage collectif urbain.

 

Je ne peux pas terminer sans évoquer les deux sujets qui font mon actualité du moment. Tout d’abord les perturbations subies au niveau de la collecte des déchets en cette fin d’année. La Côte des Isles s’est fait une fois de plus remarquer. Nous avons été le terrain de la première grève de la Communauté d’Agglomération ! Et comme le disait Jacques Prévert : « quand les éboueurs font grève, les orduriers s’indignent ». Alors, je tiens à remercier toute l’équipe d’encadrement qui a su s’adapter au quotidien pour que la gêne soit la moins pénible possible, sans oublier Béatrice à l’accueil du pôle de proximité qui est en première ligne pour recevoir les doléances de quelques-uns. J’espère que le nouveau schéma de collecte que nous avons mis en place au 1er janvier saura satisfaire le plus grand nombre, et que ces mauvais moments seront rapidement oubliés. Et pour conclure, le projet du centre de tri régional refait surface avec une petite centaine d’emplois à la clé, et une chance de le voir positionner sur le Cotentin. C’est sur cette note d’espoir que je vous souhaite une belle année 2019.

 

                                                                                                                                                             Edouard MABIRE

 

Mairie

9 rue des Trois Forges

50270 Les Moitiers d'Allonne

Tel : +33 02 33 53 81 88

Fax : +33 02 33 53 03 20

Contact Secrétariat Mairie 

Gestion du site

 

Ouverture au Public :

Mardi et Jeudi

  de 10h00 à 12h00

Mardi et Vendredi 

  de 13h30 à 17h30

 

Syndicat Mixte des Espaces Littoraux de la Manche

SYMEL

Office du Tourisme de la Côte des Isles OTCDI